Cinecruche vous conseille

Bonjour, ici HAL 9000, votre ordinateur psychotique favori. Chaque semaine, je tente de trouver réponse aux différentes problématiques pouvant survenir dans la vie d'un cinécruche.
Cette semaine :
Comment faire semblant d'aimer le cinéma d'auteur
La problématique
Votre fiancée vous traine dans des cocktails dinatoires peuplés de gars avec des bérets et des barbiches qui se prennent pour Che Guevara et où les conversations s’apparentent à une émission de nuit sur Espace Musique ? Vous voulez vous mêler à la gauche-caviar sans vous taper tous les avant-midis l'émission de Christiane Charrette ?
La solution
Boulechittez-les tous à votre tour avec notre judicieuse technique de name-dropping et de culture instantanée en matière de cinéma d’auteur. Profitez-en pour démontrer votre intérêt inconditionnel pour cette torture mentale par excellence.
*
Tout d'abord, sachez qu'il faut dire Pedro A-l-m-o-d-ó-v-a-r. Prononcez bien le « o » avec l’accent aigu. Il est espagnol.
*
Surtout ne jamais dire Diego Aldo-Mopar, comme Christiane Charrette. Vous risqueriez, également, de vous couvrir de ridicule.
*
Sa muse est Penelope Cruz. Prononcez Pénélopé. Son vrai nom est Penélope Incarna Cruz Sánches et elle est plutôt sexy.
*
Le cinéma d’auteur vient surtout de pays que vous ne connaissez pas encore, comme le Danemark, l’Islande ou d'Issoudun.
*
Dans le même ordre d’idée, ces films ne sont pas doublés par Patrick Huard ou Huguette Proulx, ils sont généralement sous-titrés.
*
Les sous-titres sont souvent dans une autre langue que la vôtre mais ce qui est important c’est l’intensité de la situation qui traine en longueur. Pour de l’intensité qui traine en longueur avec pas de texte mais dans votre langue, regardez La Donation.
*
Ploguez les expressions suivantes de temps en temps : « Vœu de chasteté » et « Dogme95 ». Si votre interlocuteur exécute une manœuvre évasive pour changer de sujet, considérez que vous l’avez « cassé » puisqu’il ne s’y connait pas plus que vous en la matière mais veut sauver la face.
*
Dans le cinéma d’auteur, l’état mental du réalisateur se reflète dans son œuvre. Soutenez votre argumentaire en citant Antichrist, de Lars von Trier.
*
Dans le cinéma d’auteur, il n’y a que rarement de vedettes. Il n’y a pas de courses de chars, il n’y a pas de chars de course japonais et il n’y a pas de Vin Diesel. En fait, il n’y a pas de chars. Des fois il y a des trains. Ne parlez pas de Fast and Furious dans un cocktail dinatoire de gauche. On vous prendra, avec raison, pour un homme des cavernes.
*
Ne critiquez jamais négativement le cinéma d’auteur. Vous pourriez heurter des sensibilités et vous attirer les foudres de l’intelligentsia en fonction. Au contraire, encensez les réalisateurs concernés même si vous n’avez pas vu le film. Tout ce que vous avez à dire, c’est que les longueurs ajoutent une intensité incroyable. On sera d’accord avec vous à tout coup.
*
Les amateurs de cinéma d’auteur consultent tous un psy. Vous pouvez aussi les entretenir des dernières avancées en pharmacologie freudienne. Cependant, évitez de parler du Doc Mailloux. À tout prix.
*
Et bien sûr si vous avez moins de trente ans, fermez votre gueule et écoutez les grands, petit blanc-bec à la con. Vous n’avez aucune crédibilité.
La conclusion
À l'évidence, le visionnement d’un film d’auteur ne vaut pas une bonne soirée à la brasserie avec ses potes, des chicken wings à volonté et une joute perdante de Canadien. Cependant, gardez toujours à l'esprit les mots du vieux sage qui suivent :
« Parfois, il est malheureusement nécessaire de suivre votre fiancée et d'endurer ses camarades de travail dans un pénible 5 à 7 si, à l’instar des adversaires de Canadien, vous désirez scorer à soir. »
Signé HAL 9000, votre ordinateur psychotique favori.
La semaine prochaine : Comment survivre à la sensiblerie du cinéma de Noël
 
Vous trouvez que HAL 9000 commence à nous bassiner avec ses conseils à la noix ? ­Rectifiez-le
en enregistrant un commentaire ci-dessous ou deversez votre fiel sur notre mur de la haine.

2 commentaires

Cinécruche a dit…

Mon cher HAL 9000, vous vous êtes vraiment surpassé cette semaine (c'est du sarcasme). Si j'étais pas si jaloux et mesquin je vous donnerais le Pulitzer sur le champ (c'est de l'ironie).

HAL 9000 a dit…

Mon cher Cruche, tout le monde ici semble avoir besoin de préciser que ce qu'ils disent c'est du sarcasme ou de l'ironie. C'est poche en ostie.

Pis l'Ironie, c'est-tu pas loin de la Voivodine et de la Transniestrie, ça. Je pense que c'est de là qu'il vient, Iron Man.

Godspeed, Avatar