Cinecruche vous conseille

Bonjour, ici Monsieur Cinécruche, génie fondateur. En représailles à la tentative de putsch effectuée par HAL 9000 sur Facebook, j'ai pris le contrôle temporaire de sa chronique.
Cette semaine :
Comment survivre à la sensiblerie du cinéma de Noël
La problématique
À toutes les années c'est la même histoire. Vous vous installez bien confortablement dans votre lazy-boy muni d'un bol de Ringolos à la saveur de BBQ et d'un grand verre de Denis aux fraises. Secrètement, vous espérez vous échapper de votre existence misérable en vous tapant une sympathique comédie de situation mettant en vedette le regretté John Ritter dans la peau d'un idiot. Malheureusement pour vous, les ondes hertziennes (ou câblées) sont polluées par une kyrielle de films de Noël rivalisant de mièvreries et de bon sentiments. Dégouté par cette surenchère de sensiblerie, vous vous débarrassez impulsivement de votre télécommande universelle multi-fonctions qui va se fracasser avec une violence inouïe sur votre télé au plasma de 52 pouces. Hébété par les dommages collatéraux de votre action, vous maudissez le jour où vous avez refusé la garantie prolongée chez Future Shop.
La solution
Comment éviter pareille situation ? La solution est à la fois simple et variée. Suivez les traces de Gargouillis et faites autre chose :
*
Prenez le train en compagnie de Denys Arcand et allez faire des 8 parfaits à Banff.
*
Sous l'impulsion de votre idole Richard Martineau, épanchez-vous sur les forums de discussion mis à votre disposition. Pour chaque opinion émise, utilisez une pièce de monnaie pour jauger votre prise de position.
*
Lisez les chroniques de Stéphane Laporte dans le désordre. Tentez vainement d'en dégager une thématique cohérente.
*
Débutez spontanément une collection de ronds de poêle. Classez-les par ordre alphabétique.
*
Risquez-vous à suivre les recommandations de Christiane Charette. Regretterez-le amèrement en contractant la bactérie C. difficile à l'hôpital Charles Lemoyne.
*
Accompagnez une fan de Twilight dans son délire. Abandonnez-la aux portes de l'extase.
*
Décrottez-vous l'entre-orteils avec un marteau-piqueur. Admirez la précision du travail.
*
Devenez le grand-frère d'un enfant-roi de 24 ans et prescrivez-lui du Drox-Aryl; un analgésique administré rectalement.
*
Prenez vous-même du Drox-Aryl et
a) Dansez la danse de St-Guy.
b) Pognez le feu au cul.
c) Pognez juste le flu.
d) Pognez le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermière.
e) Trouvez ça agréable.
*
En complément de programme, demandez-vous pourquoi les médicalements pour la gorge, à l'instar du Drox-Aryl, se prennent rectalement.
*
Charmez le chat du voisin avec votre flute à bec et saisissez l'occasion pour allez payer votre compte La Baie le jour du Boxing Day.
*
Empiffrez-vous de poulet frit à la Kentucky et faites-vous vomir. Répétez la manœuvre.
*
Inventez-vous une identité virtuelle débridée et touillez de votre génie les habitués du site du Sportnographe.
*
Entrainez-vous à diviser par zéro. C'est pas facile et même HAL 9000 peut pas le faire.
*
Renseignez-vous sur les avancées techniques de la médecine moderne et congédiez votre psychanalyste car il ne fait pas de forfait 2 pour 1.
*
Faites la différence entre cervical et cérébral de façon rétroactive et couvrez-vous de ridicule.
*
Inaugurez un blogue et rejoignez la caste des Isaac Newton, Leonard de Vinci, Blaise Pascal et Sam Hamad.
*
Et pour couronnez le tout, recherchez frénétiquement votre jeunesse perdue et retrouvez-là au bar du coin en compagnie de votre innocence.
Répétez de façon séquentielle et/ou aléatoire les points énumérés ci-devant jusqu'au 7 janvier.
La conclusion
Vous l'aurez compris, on pourrait continuer comme ça pendant un bon bout de temps. Je vous laisse donc le soin de compléter mentalement cette nomenclature. Quant à moi, j'ai un train à prendre. Et des skis à farter. On se revoit le 7 janvier. D'ici là, soyez de bons petits cinécruches sages et soumis, buvez prudemment et dites-vous qu'à votre troisième assietté de cipâte de grand-maman, c'est ben en masse comme ça.
Signé Monsieur Cinécruche, génie fondateur.
P.S.:
Et puisque vous vous inquiétez tant, précisons que HAL 9000 va bien et qu'il cuve présentement son putsch manqué dans un forfait tout-inclus sur une orbite inclinée dans le coin de Jupiter.
La semaine prochaine : Comment faire des 8 parfaits à Banff avec Denys Arcand
 
Vous trouvez que Monsieur Cinécruche a réellement besoin de vacances ? Complétez ses inepties
en enregistrant un commentaire ci-dessous ou deversez votre fiel sur notre mur de la haine.

Aucun commentaire. Soyez le premier à dire des niaiseries !